Demi plan de Poincaré et groupe modulaire

Par G. Gastaud, professeur de philosophie


Le positivisme méthodologique qui proscrit par principe l’existence de faits négatifs ne constitue pas seulement un obstacle épistémologique majeur dans le domaine des sciences de la nature, comme nous l’avons montré dans le tome III de notre livre Lumières communes. C’est également dans le domaine des sciences politiques et sociales qu’il faut introduire ce que Kant appelait le “concept de grandeur négative”. Pour illustrer le propos, il suffit de constater l’effarant effarement des commentateurs politiques devant l’abstentionnisme croissant du peuple français, jeunesse populaire et classe ouvrière en tête.

Pour expliquer ce phénomène prétendument étrange, tout est convoqué, du beau temps si inhabituel en juin au Covid, ou à la fin du covid en passant par l’incivisme bien connu des Français… Mais surtout, n’evoquons jamais le fait que le Non populaire à la Constitution européenne a été totalement refoulé, voire forclos par nos élites de la vraie droite et de la fausse gauche réunies. Fermons également les yeux sur le fait que l’espace politico-symbolique rouge et tricolore historiquement dévolu au PCF, a été liquidé par ce parti lui-même, désormais arrimé au PS maastrichtien, aux euro-ecolos Verts et au Parti de la gauche européenne, avec en toile de fond le colossal mensonge partagé de la prétendue Europe sociale. Rayons aussi de l’espace mental des représentations politiques le glissement euro-constructif de la CGT auto-ligotée aux jaunissants états-majors de la CFDT et de la Confédération Européenne des Syndicats. Ignorons aussi, pour faire bon poids, le fait que le RN, censé capter, fût-ce sur des bases dévoyées, le patriotisme populaire, a ostensiblement rallié l’euro, l’UE et Schengen et que cette allégeance peu discrète de la formation lepeniste à l’Europe supranationale ne pouvait manquer de susciter la méfiance justifiée de l’électorat populaire. Méconnaissons aussi le fait, proprem scandaleux, que le Prcf qui porte seul désormais officiellement l’alternative rouge et tricolore, n’a jamais eu accès une seule fois aux médias nationaux, et l’on comprendra aisément que notre peuple, n’ayant plus mécaniquement que ce moyen dérobé à sa disposition pour exprimer sa volonté irréductible de République sociale et souveraine, fasse massivement la grève du vote et qu’il soutienne systématiquement, pour autant que la pression répressive du patronat le lui permet, les mouvements sociaux les plus déterminés, qu’il s’agisse des luttes pour la défense des retraites ou du soulèvement des gilets jaunes…

En somme, les classes populaires répondent fort logiquement à la sécession euro-mondialiste des élites oligarchiques par une sécession institutionnelle évidemment lourde d’explosions sociales à venir. Longtemps avant que Freud n’eut employé ce mot dans le sens dynamique qui lui est propre, en opposant les contenus latents aux contenus manifestes du rêve, Emmanuel Kant avait déjà signalé la possibilité qu’existent des faits, des processus, voire des pensées négatives au sens algébrique du mot (cf l’essai de Kant intitulé Pour introduire en philosophie le concept de grandeur négative). 

Conclusion: tant que les politistes de cour continueront, par refus obtus de la dialectique objective et par anticommunisme atavique, de prendre en compte ce que Hegel appelait le “patient travail du negatif” et ce que Freud nommera par la suite le dynamisme psychique, ils se condamneront à ne rien  comprendre au double phénomène qui s’annonce contradictoirement et inexorablement, et qui a pour noms antagoniques insurrection populaire et, dans le vain espoir de conjurer cette dernière, fascisation galopante.


Georges Gastaud, 29 juin 2021, Cap d’Ail

%d blogueurs aiment cette page :